Autres articles dans cette rubrique

Mots-clés

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER MOINS !

Le 18 octobre marquera la première journée de grèves et de manifestations à l’initiative des fédérations, dont les fédérations FO, des secteurs où existent des régimes spéciaux de retraite.

Expliquer, comme le fait le gouvernement et le président de la République, qu’il s’agit d’une question d’équité relève de l’hypocrisie. Doit-on demain, au nom de l’équité, exiger dans les entreprises où les salaires sont plus élevés qu’ils soient abaissés ?

Ce qui est en jeu c’est non seulement la durée de cotisations mais aussi le niveau des pensions des intéressés. Dans le cas présent le vrai slogan gouvernemental c’est travailler plus pour gagner moins.

On sait très bien, par ailleurs, que l’activisme des pouvoirs publics prépare aussi le terrain pour le débat conflictuel qui aura lieu l’an prochain sur le dossier retraites dans le public comme dans le privé.

Pour toutes ces raisons, nous soutenons l’action des fédérations ainsi que celle d’autres secteurs, comme les salariés de l’ANPE et des ASSEDIC, qui les rejoignent car ils sont confrontés, eux, aux dangers de la fusion UNEDIC-ANPE.

Régimes spéciaux, fusion UNEDIC-ANPE, franchises médicales, suppression de l’agence d’innovation industrielle, diminution des effectifs de fonctionnaires, volonté de développer la couverture individuelle en matière d’assurance-maladie et de dépendance, velléité de remettre en cause la durée légale du travail, pouvoir d’achat aux oubliettes, la liste s’allonge et la grogne s’élève à juste titre.

La cohérence des annonces réside dans une volonté de désocialiser et « dérépublicaniser ». C’est le modèle individuel que l’on cherche à imposer.

Du « chacun selon ses besoins », on est en train de vouloir passer au « chacun selon ses mérites ».

Résister est, alors, un impératif, revendiquer fortement une obligation.