Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / Mailly veut un dialogue sans date-butoir sur les retraites

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a plaidé dimanche pour un "dialogue réel" entre les syndicats et le gouvernement sur la réforme des régimes spéciaux de retraite.

"D’abord avant d’annoncer, de stigmatiser des populations, le gouvernement discute, reçoit les organisations syndicales, les fédérations (pour) un dialogue réel, que tout soit mis sur la table", a-t-il expliqué lors du Grand rendez-vous Europe 1/TV5/Le Parisien.

Il faut pour cela que le chef de l’Etat, qui doit dévoiler les grandes lignes de la réforme mardi, ne mette "pas les gens avec une épée dans le dos et que le gouvernement accepte de discuter sereinement, en prenant le temps nécessaire (...) sans date-butoir".

Jean-Claude Mailly, qui a été reçu par Nicolas Sarkozy samedi, a déclaré qu’il n’avait "pas le sentiment" que le président veuille "passer en force" sur cette question. Mais "sur pas mal de dossiers, on a le sentiment qu’ils veulent aller très très vite", a-t-il ajouté.

Mardi, le numéro un de FO et les autres responsables syndicaux seront tout aussi attentifs au contenu et au ton du discours présidentiel devant l’Association des journalistes de l’information sociale (AJIS).

"On va déjà voir comment tout ça prend. Si ça prend mal, il peut y avoir conflit. (Si) l’objectif c’est ’je passe tout le monde à 40 années de cotisations, point barre’, ça va réagir, c’est évident", a-t-il souligné, refusant cependant tout parallèle avec le mouvement social de 1995 qui avait quasiment paralysé le pays.

"J’en sais rien dans l’immédiat. Je ne lis pas dans une boule de cristal", a-t-il expliqué. Les syndicats n’ont "pas un scénario prédéroulé comme ça. On verra au fur et à mesure des choses", a-t-il ajouté.

L’article