Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Ce projet de loi prévoit (article 55) de diminuer à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité contre 75% aujourd’hui et de plafonner la capacité de production nucléaire à son niveau actuel, à savoir 63,2 GW. Ce qui veut dire que toute nouvelle mise en production devra générer la fermeture d’anciens sites, avec tout ce que cela engendre pour les salariés.

Ce projet de loi prévoit (chapitre 3) la mise en place d’une gestion territoriale de l’énergie octroyant aux régions des prérogatives sur la distribution et la tarification. Quid de l’égalité de traitement entre les consommateurs et de la pérennité des centres de distribution ?

Ce projet de loi prévoit (articles 28 et 29) la mise en concurrence et la privatisation des concessions hydrauliques, qui fournissent 10 à 15% de la production d’électricité. Elles seraient transformées en Sociétés d’Economie Mixte avec 34 % de capitaux publics, en d’autres termes, elles deviendront des sociétés privées menaçant, d’une part, le statut de 6000 agents, la sureté et l’approvisionnement du réseau, et d’autre part, générant le risque d’une augmentation des tarifs et d’une dégradation de la sécurité faute d’investissement.

Nous sommes tous concernés, la privatisation des concessions hydrauliques ne concerne pas seulement les 6000 agents de la Production, mais touche également toutes les activités Supports, Tertiaires et Commerciales.

C’est pourquoi nous vous proposons de signer cette pétition afin de manifester notre soutien à nos collègues de la DPIH.

En pièce jointe la pétition que vous pouvez remettre ou transmettre à vos représentants Force Ouvrière.

Vous pouvez retrouver l’analyse détaillée de Force Ouvrière sur ce projet de loi : http://www.fo-dsp.org/spip.php?arti...

Pièces jointes