Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / Que cherche M. Gattaz en s’en prenant à la convention de l’OIT sur le licenciement ?

En appelant la France à sortir de la convention 158 de l’OIT sur le licenciement, le président du Medef ouvre la voie aux pires abus. Cette convention établit qu’« un travailleur ne devra pas être licencié sans qu’il existe un motif valable […] lié à l’aptitude ou à la conduite du travailleur ou fondé sur les nécessités du fonctionnement de l’entreprise […] ».

C’est grâce à cette convention que FO avait fait annuler le CNE (Contrat nouvelles embauches), qui permettait de licencier sans motif.

M. Gattaz cherche donc à lever un obstacle à la modification de la loi française pour que les patrons français puissent licencier sans procédure, selon leur seul bon vouloir et sans frais.

Au-delà, alors que la France est l’un des pays fondateurs de l’OIT, il remet en cause son principe constitutif, à savoir que celle-ci n’a pas été créée pour que les droits des travailleurs s’adaptent aux besoins des économies mais pour l’inverse. Il ouvre ainsi une voie royale au patronat le plus libéral et le plus rétrograde de la planète et envoie un signal fort en faveur de la remise en cause du système normatif triparti de l’OIT. -Evelyne Salamero