Autres articles dans cette rubrique

Mots-clés

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / COUP DE POMPE POUR L’ESSENCE

La mobilité des Français a pris du plomb dans l’aile. Alors qu’une augmentation des tarifs de la SNCF, bien supérieure à l’inflation, était annoncée le 14 janvier pour le 24 suivant, on apprenait que la consommation de carburants a baissé en 2012, selon les chiffres fournis, le 16 janvier, par l’UF IP, l’Union française des industries pétrolières. Ces derniers font apparaître une baisse des livraisons de carburants en France de 1,2%, allant jusqu’à -6% pour l’essence.

Ce qui n’est guère une surprise, les Français utilisent moins leurs véhicules. Ainsi, en 2012, les sociétés autoroutières ont enregistré en France une baisse de leur trafic, suivant ainsi la même tendance à la baisse qu’en Espagne, où, l’an dernier, deux sociétés concessionnaires se sont retrouvées en redressement judiciaire et trois autres en grande difficulté, la fréquentation autoroutière ayant atteint en septembre son niveau le plus bas depuis pas moins de quatorze ans. Dans l’Hexagone, les automobilistes ne seront guère enchantés par la prochaine augmentation, au 1er février, des tarifs des péages sur les autoroutes, où l’essence est, en moyenne, 7 centimes d’euro plu

s chère que sur le réseau routier, une différence due certes à leur cahier des charges (sanitaires, parkings, nocturnes...), mais aussi aux redevances perçues par les sociétés d’autoroutes sur les activités des stations, que ce soit les carburants ou d’autres produits. Et cela alors que les prix des carburants sont repartis à la hausse depuis le 1er janvier : selon les statistiques hebdomadaires diffusées par le ministère de l’Énergie, lors de la semaine se terminant le 11 janvier le prix moyen du gazole (plus de 80% de la consommation française de carburants) a pris près de deux centimes, soit 1,3806 euro le litre, et celui de l’essence a crû d’environ 3 centimes ; quant au litre de super sans plomb 95, il est remonté à 1,5545 euro et le 98 à 1,6034. Un coup de pompe inopportun alors que l’économie se dégonfle.