Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ : PETITES LÂCHETÉS ET GRAND RENONCEMENT

MARISOL TOURAINE JOUE LA PROVOCATION ET PASSE EN FORCE

RAPPEL : Le 15 octobre 2012, lors du mouvement de grève et de manifestation des salariés pour défendre la Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951, la Ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, a déclaré qu’elle n’agréerait pas la recommandation patronale présentée par les employeurs pas plus au mois de décembre qu’au mois d’octobre.

Le 20 décembre 2012, par vidéo conférence, elle déclare aux employeurs de la F.E.H.A.P. réunis en congrès à Strasbourg que la recommandation patronale sera agréée, et elle fait réunir la Commission Nationale d’Agrément en urgence ce jour le 21 décembre 2012.

Elle justifie sa décision en s’appuyant sur la volonté de la Fédération Patronale de reprendre le dialogue social.

Dialogue social qui serait repris le 18 janvier 2013 lors d’une Commission Paritaire où l’ordre du jour porterait sur le L.M.D. les nouveaux métiers : De qui se moque t’on ? Pour les trois organisations syndicales, il est impossible de reprendre en l’état un « dialogue social » nourri par 30 mois de mépris et de trahison.

La recommandation patronale n’est pas un avenant et ne peut se substituer aux points dénoncés de la Convention Collective Nationale par la F.E.H.A.P.. Elle n’est donc pas négociable, elle n’engage par définition que les employeurs. Que deviennent le paritarisme et la démocratie sociale tant vantés par ailleurs ?

Pour la C.F.T.C., la C.G.T. et F.O., ceci est intolérable !

250 000 salariés vont voir leurs droits et garanties collectives sacrifiés pour dégager des marges de manœuvre budgétaires au seul profit des employeurs et d’une austérité accrue pour les secteurs de la santé et de l’action sociale. L’abaissement du coût du travail est en marche dans le secteur.

Marisol TOURAINE, par cette déclaration de guerre, annonce clairement quel sera l’avenir dans tous les secteurs. Par cette décision elle retire toute crédibilité et tue dans l’œuf le pacte de confiance, qu’elle voulait redynamiser par le dialogue social

D’autre part, les marges de manœuvre dégagées ne seront jamais restituées aux salariés, c’est le retour des caisses noires avec de l’argent public, approuvées par le Ministre, ce qui constitue une véritable régression sociale. C’est le feu vert donné à des patrons voyous : Le MEDEF en rêve, la F.E.H.A.P. le fait avec l’appui d’un Ministère !

La C.F.TC., la C.G.T. et F.O. exigent : Un rendez-vous immédiat avec les Ministres de la Santé et du Travail. La signature d’un accord de survie de la Convention Collective Nationale pour rétablir un cadre juridique légal.