Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Force Ouvrière / Confédération / LA DÉTERMINATION DES SALARIÉS DE POUJOULAT A PAYÉ

À l’appel notamment de FO, les employés du premier fabricant européen de conduits de cheminée ont obtenu 4% d’augmentation après deux jours et demi de grève.

Installée à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), l’entreprise Poujoulat est connue depuis 30 ans pour son savoir-faire en matière de conduits de cheminée en inox grâce auquel elle truste la position de leader sur le marché européen. Elle est aussi réputée dans le monde du parrainage sportif, notamment depuis 2003 avec son super bateau de course engagé dans le Vendée Globe Challenge. Mais côté social, l’entreprise rechigne souvent à faire profiter ses 800 salariés de « valeurs » comme la « solidarité » qu’elle affiche fièrement sur les océans. Sur le terrain du pouvoir d’achat, les salariés sont ainsi contraints à chaque fois d’aller chercher des augmentations par l’épreuve de force. Comme en 2007, année où ils s’étaient battus pour bénéficier d’un treizième mois au terme de cinq jours de grève, ils ont dû débrayer la semaine dernière et bloquer le site de production plus de deux jours afin de faire avancer les négociations annuelles obligatoires (NAO) qui piétinaient depuis le mois de novembre.

« Là où l’intersyndicale réclamait 5 % de hausse générale des salaires, la direction ne proposait que 1,75 % puis, après des discussions bien laborieuses entre 2,4 % et 2,8 %. Et ce malgré une progression du chiffre d’affaires de plus de 15 % en 2011 », explique Jocelyne Baussant, secrétaire Générale de l’Union départementale FO des Deux-Sèvres (UD-FO 79). « L’an dernier, les NAO s’étaient soldées par 1,5% d’augmentation générale après quelques débrayages alors que l’inflation était de 1,8% et la hausse du SMIC de 1,6%. Quant à la prime de pouvoir d’achat instituée au printemps par le gouvernement, elle n’a pas dépassé les 75 euros » rappelle-t-elle.

Cette année, les salariés ont suivi en masse le mouvement de grève mené par les syndicats, en particulier par FO (en pointe dans ce bras de fer), pour exiger 5% de hausse des salaires pour tous. « Et leur détermination a payé puisqu’ils ont fini quand même par obtenir vendredi un total de 4 % d’augmentation, dont 0,5 % au mérite, ainsi que le paiement de la troisième matinée de grève après reprise du travail », s’est réjouie Jocelyne Baussant. Sur le terrain du pouvoir d’achat, à Poujoulat comme ailleurs, il faut parfois aller chercher les augmentations contre vents et marées...