Recherche

Accueil du site / Actualités / Politique / EDF/GDF Toulouse : un recul de la direction

Au printemps dernier, les gaziers et électriciens de la région toulousaine ont mené une lutte contre le projet d’externalisation de certains secteurs d’EDF/GDF, dont la maintenance et le dépannage. Ce mouvement a duré plusieurs semaines en avril et mai, avec des jours de grève, des manifestations, des blocages du site. Il a abouti au report du projet d’externalisation et à des embauches : 129 créations de postes pour Midi-Pyrénées, dont 76 embauches.

Suite à ce mouvement, la direction a eu la main lourde et a voulu faire payer cher le fait d’avoir été bousculée et d’avoir dû reculer. Au total, plus de 52 salariés ont été sanctionnés. Pour un certain nombre d’entre eux, il s’agit d’un avertissement ou d’un blâme. D’autres ont eu une mise à pied de cinq jours, et certains ont été licenciés. La direction locale avait l’intention au début de licencier six agents : quatre licenciements ont été effectifs (trois agents ERDF, un agent GRDF), un agent a été rétrogradé et, pour le sixième, son sort n’est toujours pas réglé et il risque toujours le licenciement.

Durant tout l’été et au cours des mois de septembre et octobre, les conseils de discipline se sont succédé. Lors de ces conseils, de nombreux débrayages et rassemblements de soutien ont été organisés sur le site d’EDF/GDF.

Le 22 octobre, à l’initiative de la CGT, les salariés ont engagé une action reconductible jusqu’au retrait des sanctions, avec comme priorité l’annulation des quatre licenciements. Des piquets de grève ont ainsi été mis en place devant la direction ERDF à Toulouse Basso-Cambo, et devant le siège de la direction de GRDF. Ces piquets sont tenus par des salariés en grève. Il s’agit d’une grève tournante qui concerne plusieurs départements de la région. Les agents d’un département en grève, une journée ou plus, se retrouvent au piquet. Le lendemain, d’autres travailleurs prennent le relais. Dans le même temps, des actions de coupures d’électricité dites « sauvages » ont aussi été menées.

Après plusieurs jours à ce rythme, la direction centrale du groupe EDF a engagé une démarche visant à « trouver des solutions ». Cela s’est traduit par la réintégration de deux des agents licenciés. Ils seront réintégrés dans d’autres centres EDF de la région. Quand au troisième agent licencié d’ERDF, il aura sa paye maintenue jusqu’à sa retraite, dans 18 mois.

Le quatrième licencié est un agent de GRDF vis-à-vis duquel la direction maintient toujours sa décision. Le piquet de grève s’est donc concentré depuis le mercredi 4 novembre au siège de la direction de GRDF. Il s’agit toujours d’une grève tournante. Les grévistes occupent jour et nuit un local depuis le 4 novembre. Ils demandent l’annulation du licenciement de leur collègue gazier.

Au cours de la semaine, des actions de coupures de gaz ont aussi été menées.

Même s’ils ont obtenu un premier recul, les salariés sont déterminés à aller jusqu’au bout pour faire céder leurs directions. Une nouvelle journée d’action de tous les travailleurs est prévue le jeudi 12 novembre à Toulouse.

Correspondant LO

Voir en ligne Lutte Ouvrière